IBET© : un indicateur pour piloter la performance sociale

L’indice de Bien Etre au Travail (IBET©)* permet de mesurer le bien-être au travail. Calculé régulièrement dans l’entreprise, c’est un indicateur du climat au travail et un outil puissant pour piloter l’amélioration de sa performance sociale.

Evaluer la santé de son entreprise

Maladie, absentéisme, retard, stress, burn-out, turn-over… Sans reconnaissance, sans qualité de la relation ou encore sans autonomie au travail, se développe un certain mal-être chez les salariés, qui se traduit instantanément par une baisse de la santé au travail et à fortiori, de la performance sociale et de la productivité dans l’entreprise.

Le cabinet Mozart Consulting a créé un indice, l’Indice de Bien-Etre au Travail ou IBET©, qui permet justement de mesurer et de piloter le degré de satisfaction des salariés au travail. La valeur de l’indice évolue de 0 à 1, ce chiffre représentant la meilleure performance de l’engagement socio-organisationnel de l’entreprise.

ibet référence indice bien-être au travail

IBET 2018 : les statistiques sur la qualité de vie en entreprise

Pour la 8ème année consécutive, Mozart Consulting et le Groupe APICIL, dévoilent l’IBET© national pour 2018, calculé sur les statistiques recueillies en 2016. En 2018, l’IBET stagne à 0,75, soit un niveau d’engagement des salariés qualifié de contraint, révélant ainsi une dégradation de valeur ajoutée de 25 % (Badwill Social©).

Ayant pour source le secteur privé et ses 18,3 millions de salariés, l’IBET 2018 révèle un coût du désengagement réciproque et de non-disponibilité de l’ordre de 13 340 € par an et par salarié. Sur ces 13 340 €, 40 % sont des coûts compressibles du désengagement, et donc récupérables pour les entreprises qui décident d’agir sur la Qualité de Vie au Travail.

Les coûts compressibles de non-disponibilité liés aux arrêts de travail s’élèvent à 3 070 € tandis que ceux liés aux désengagements réciproques employeur/salarié s’élèvent à 2 230 €. De plus sur ces 13 340 € de coûts compressibles, 20% sont considérés comme une provision pour risque de présentéisme de santé et/ou de désengagement.

La Qualité de Vie au Travail : un enjeu global

La loi Rebsamen de 2015 qui fait de la Qualité de Vie au Travail, pour les entreprises de plus de 50 salariés, un enjeu global de dialogue social, peut et doit permettre d’agir pour une santé globale et une performance sociale en devenir.

La dégradation du bien-être au travail concerne tous les secteurs d’activité et toutes les typologies d’entreprises, des plus petites au plus grandes. Malgré tout, certaines s’en sortent mieux que d’autres. Notamment les secteurs Banques/Assurances et Energie/Environnement, qui affichent un indice de performance sociale à 0,85, alors que le secteur des services à la personne peine à atteindre 0,70.

L’IBET© d’une entreprise n’est pas une fatalité, mais un indicateur puissant du bien-être et du climat social au travail. S’en emparer, le mesurer et tenter de le faire progresser, sont autant de pas vers l’amélioration de la performance sociale de votre entreprise.

Pour en savoir plus :

Pour rappel l’IBET©, l’Indice de Bien-Être au Travail, est le premier système de mesure de bien-être au travail.

Recevoir l'Indice de Bien-Etre au Travail

Protection des données personnelles

Les données personnelles collectées font l’objet d’un traitement par le Groupe APICIL aux fins de la prise en compte de la demande de réception de l’indice et, sous réserve d’y avoir consenti, de l’abonnement à la newsletter. La fourniture des informations obligatoires est nécessaire à la fourniture du service. Ces informations ne seront transmises qu’aux services compétents du Groupe APICIL. Les données personnelles collectées ne seront pas conservées au-delà de la durée nécessaire à la réalisation des finalités déclarées, à laquelle s’ajoutent les durées de prescription légales applicables en vigueur. Toute personne concernée peut en demander l’accès, la rectification, l’effacement, la portabilité, demander une limitation du traitement ou s’y opposer, et définir des directives post mortem en écrivant à dpo@apicil.com ou à l’adresse suivante : Groupe APICIL – Délégué à la protection des données, Service Relation Client – 38 rue François Peissel, 69300 Caluire et Cuire. Si elle estime que ses droits ne sont pas respectés, toute personne concernée peut introduire une réclamation auprès de la CNIL. Plus de détails sur www.apicil.com/protection-des-donnees-personnelles.

Recevoir l'Indice de Bien-Etre au Travail

Protection des données personnellesEnvoyer

Merci pour votre demande. Votre documentation vous a été envoyée à l'adresse indiquée.

Articles suggérés