Épargne retraite : faut-il verser en 2018, année blanche fiscalement ?

C’est certain, sur le plan fiscal, l’année 2018 (non imposée en raison du prélèvement à la source opéré en 2019) ne donnera pas les avantages habituellement attendus.

Faut-il, pour autant, stopper les versements sur son PERP (Plan d’Epargne Retraite Populaire)  ou compte épargne retraite (83 / PERE (Plan d’Epargne Retraite Entreprises) ?

Non et ce pour 3 raisons :

  • Ne pas verser cette année pourrait pénaliser la déduction du versement de 2019 ;
  • Ne pas verser en 2018 reviendrait à renier l’objectif premier de l’épargne retraite : se constituer un complément de retraite indispensable, doucement mais sûrement !
  • Ne pas verser régulièrement pourrait être contre-productif sur le plan des performances financières des supports d’investissements fonds sur lesquels sont adossés les plans et comptes d’épargne retraite.

Prenons le cas de l’entreprise : si les salariés versent des liquidités sur leurs plans ou comptes d’épargne retraite pour une seule raison fiscale, il est évident que verser en 2018 ne leur apportera pas cet avantage.

Ne pas verser d’argent sur son plan/compte d’épargne retraite en 2018 pourrait être pénalisé en 2019

Ne pas verser, alors qu’ils le font habituellement, pourrait les pénaliser fiscalement l’année prochaine. Pour éviter ce type de comportement, les pouvoirs publics ont décidé d’opérer un abattement sur la déduction fiscale de 2019 si les versements effectués en 2018 sont inférieurs aux versements de 2017 et à ceux de 2019.

Seuls 50 % des sommes versées seront ainsi déductibles. Dans ces conditions, autant verser en 2018, comme d’habitude, afin que la déduction de 2019 soit entière.

Alimenter son plan ou compte d’épargne retraite en 2018 fait partie d’une politique à long terme

Ce sont les versements réguliers qui vont permettre aux salairiés de se constituer un patrimoine se capitalisant au fil des ans.

Ainsi, ne pas verser en 2018 pour de seules raisons fiscales irait à l’encontre de l’objectif même des plans et des comptes d’épargne retraite. Celui-ci est de se constituer, grâce à un effort régulier d’épargne, une manne financière bienvenue à l’heure de la cessation d’activité.

Qui sait si le versement prévu en 2018 et non effectué, par exemple, en raison d’une fiscalité inintéressante, pourra être effectué en 2019 ? Ce non-versement sur le plan ou le compte d’épargne retraite ne pourra peut-être jamais être rattrapé et aura des conséquences sur la valeur financière finale du produit. Pour conserver tout l’intérêt de son compte ou plan, il faudrait alors verser double en 2019… ce qui reviendrait au même fiscalement, comme expliqué plus haut.

L’intérêt de ce type de produits d’épargne retraite est bien de permettre, une alimentation régulière et relativement « indolore » financièrement, qui permettra aux épargnants de bénéficier d’un capital correct au moment des 3e et 4e âges.

Faire des versements réguliers sur ses plans ou comptes d’épargne retraite permet de lisser les performances financières

Parallèlement aux deux bonnes raisons de verser en 2018 évoquées ci-dessus, s’ajoute celle liée aux performances financières des plans ou des comptes. La démonstration n’est plus à faire : des versements  réguliers  permettent d’entrer sur les marchés financiers à des moments différents et donc de lisser les performances des supports  dans lesquels sont investis les plans et comptes d’épargne retraite. Logique : les marchés étant « volatiles » (ils ont des hauts et des bas), il est préférable d’acheter des titres à des périodes différentes afin de réduire les à-coups de marché

L’organisme assureur ne s’engage que sur le nombre d’unités de compte, mais pas sur leur valeur. La valeur de ces unités de compte, qui reflète la valeur d’actifs sous-jacents, n’est pas garantie mais est sujette à des fluctuations à la hausse ou à la baisse dépendant en particulier de l’évolution des marchés financiers.

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

Pour les produits Retraite Madelin, pas d’impact puisque des versements annuels sont obligatoires

Les détenteurs de contrats Retraite Madelin, eux, n’ont pas le choix.

Les contrats doivent être alimentés de manière régulière (fréquence et montant). Il est donc nécessaire de réaliser des versements en 2018 même si ces derniers ne sont pas déductibles. 

La question peut toutefois concerner les versements exceptionnels. Même raisonnement que décrit plus haut : si la fiscalité est la seule motivation, pas d’intérêt à verser sur ce contrat. En revanche, la préparation financière de la retraite doit être continue et si le travailleur non salarié laisse passer l’opportunité de verser en 2018 un revenu exceptionnel, qui sait s’il pourra le faire plus tard ?

Articles suggérés